Bannière de la Société d'histoire du Plateau-Mont-Royal

Commentaire

L’église St-Georges — 8 commentaires

  1. Bravo Pierre Prévost! Un récit fascinant. (Vous m’avez appris pour la première fois de ma vie le mot «cornac».) Vous avez sûrement visionné le documentaire de l’ONF de 1972, «Tranquillement, pas vite», où figure la démolition de l’église? Existe-il des photos de l’intérieur, entre autres de la «superbe fresque au plafond, en forme de dôme représentant St-Georges lui-même terrassant le dragon avec son épée»? (By the way, le Chemin de la croix a quatorze stations, non douze!) Félicitations d’un article génial. Deux vestiges de l’église ont été absorbés à gauche et à droite: la statue de San Marziale, maintenant chez l’église Saint-Michel, angle Saint-Viateur et Saint-Urbain; et, chez Saint-Enfant-Jésus, une icône de saint Georges, signifiant la réintégration là-bas de l’ancienne paroisse.

  2. Merci Pierre de nous laisser ce souvenir impérissable de cette tranche de vie si bien racontée!

    Ta conjointe, charmée par tes écrits et ta mémoire impressionnante des événements!

  3. Merci pour le beau texte et surtout les photos. Je suis allée à l’école Saint-Georges de ma 1ère à ma 3e année, on a déménagé en 1967. Je me souviens très bien de cette peinture de Saint-Georges qui me fascinait. Merci encore.

  4. Merci Pierre, de bons souvenirs!
    Savons nous ce qu’est devenu tous ces les artéfacts ainsi que la fresque?

  5. Merci Pierre pour ce beau texte rempli de souvenirs de mon enfance et adolescence. Tu n’es pas sans savoir que j’ai rencontré Raymonde dans le sous-sol de cette église lors des fameuses danses du samedi soir en 1970.

  6. Merci mon frère pour ce très bel article. Beau souvenir de notre mariage. En effet c’était une très belle église dans laquelle j’ai fait ma confirmation et assisté au baptème de mes 3 frères et de ma petite soeur .Joyeuses fêtes à vous tous!

  7. En lisant ce texte, on croit avoir toujours connu l’église Saint-Georges. J’ai beaucoup apprécié lire ce récit, même si celui racontant la vie du voisinage de la rue Waverly et celui des ruelles avoisinantes étaient plus turbulents. Merci pour ces souvenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML tags allowed in your comment: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>