Bannière de la Société d'histoire du Plateau-Mont-Royal

Commentaire

Les livreurs du passé — 7 commentaires

  1. Son cheval connaissait le trajet par cœur.
    Edmond, le papa de ma blonde a été livreur de pain avec calèche pour la boulangerie Durivage. Cela se passait sur le Plateau dans les années 1950.
    Livreur de pain avec calèche à cheval de Durivage

    • Moi aussi, j’ai été livreur d’épicerie, mon premier emploi dans le Plateau, chez Atlantic Groceteria sur la rue Papineau entre Gilford et Mont-Royal dans les années 1965-67

  2. Voulez-vous un glaçon?
    Les compagnies de glace sont nombreuses et possèdent plusieurs « glacières-entrepôt » réparties sur l’ensemble du territoire de la ville. Dans le Plateau il en existe plusieurs, dont une particulièrement immense angle Henri-Julien et Du Carmel…Les blocs de 25 ou 50 livres sont ensuite livrés par les ruelles, avec une voiture à cheval.
    Pour en savoir plus lisez cet article.

  3. Quand la « station-service » livrait à domicile
    Toutes les activités humaines qui utilisent aujourd’hui le moteur à essence, utilisaient alors la traction animale. Les propriétaires de ces quadrupèdes doivent bien sûr les nourrir et c’est justement cette nourriture que le livreur de Monsieur Fortin s’apprête à leur livrer ce matin.
    Pour en savoir plus lisez cet article.

  4. L’histoire du lait dans le Plateau
    En 1906, J.J.Joubert ouvre des locaux au 4141 rue Saint-André au sud de Rachel.
    Au plus fort de l’hiver, la distribution se fait en « sleighs » (et il n’est pas nécessaire de garnir les voitures de blocs de glace).
    Pour en savoir plus lisez cet article.

    • Le cheval a fait la « run »
      Lucien Drouin mon grand-père a été livreur de lait à cheval pour la Laiterie Poupart sur le Plateau dans les années 1940-1950. Son cheval connaissait la « run » par coeur.
      Étant malade une journée c’est ma mère qui a livré le lait. Le cheval a fait la « run » et ma mère n’avait qu’à s’occuper de la livraison aux portes.

  5. 3 anecdotes
    Pour ce qui question de livraison à domicile, j’ai trois anecdotes là-dessus :
    La 1ere, concerne Lucien Prudomme qui allait porter la glace chez les gens avec sa voiture tirée par un cheval sur la rue Berri vers 1962.
    La 2e c’est chez Steinberg sur la rue Saint-Hubert coin Boucher, où avec ma petite voiture à 4 roue j’allais porter les sacs des madames chez eux pour environ 10 cents.
    Et la 3e c’est encore moi, qui allais porter les commandes pour l’épicerie Pelletier et Beauchamps en bicycle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML tags allowed in your comment: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>