Bannière de la Société d'histoire du Plateau-Mont-Royal

Commentaire

La caserne 26: un bien triste sort! — 10 commentaires

  1. Rénovation majeure de la caserne 26 (affaire à suivre)
    En juin 2019 On arrête tout
    Prochaines étapes
    Ajustements à faire aux plans
    Révision de l’échéancier et des coûts pour la reconstruction
    Reprise estimée des travaux de reconstruction :2021
    Voir l’affichage chantier

  2. C’est pathétique franchement on gâche tout le patrimoine bâti il suffisait de l’entretenir au fil des ans tout simplement mais je suis pas surpris nous avons un tel mépris pour l histoire c’est pareil pour le parc école de Montréal qu on laisse aller
    Je sais je suis un retraité de la CSDM.

  3. Il est temps que ça bouge et que les travaux ce termine. Tout cela est ridicule et ce sont nos taxes qui paie pour ça. Le maire d’arrondissement doit mettre de la pression afin que les travaux ce fasse au plus vite..

  4. Ça va être beau avec des rénovations qui reconstruiront un peu l’ancien édifice.

      • Réponse juste pour préciser ce que l’article ne dit pas à propos de l’incendie.
        Le Devoir se contente d’écrire « les pompiers ayant oublié leurs frites pour aller répondre à un appel ». Le feu a bien à son origine un feu de cuisson, mais les normes de construction des casernes exigeaient que chaque fois que l’alerte est donnée dans une caserne, un système de protection débranche automatiquement l’alimentation électrique (ou au gaz) de certains appareils, comme la cuisinière, four, friteuse et autres constituant un danger d’incendie ou blessures. Le système de protection comporte un gros voyant lumineux rouge avec un bouton de réarmement bien visible à côté de la cuisinière. Le pompier utilisant la cuisinière ne peut constater que le système de protection a bien débrancher l’appareil en remarquant en un coup d’oeil le gros voyant lumineux rouge allumé. La cuisinière ne peut être réarmée tant que l’alarme est en fonction et les pompiers sont déjà en chemin quand cela est possible. Ce jour là, le voyant a bien fonctionné, mais ce que les pompiers ne pouvaient savoir ou vérifier c’est que le système de protection était défectueux et n’avait pas débranché l’alimentation électrique de la cuisinière, malgré que son voyant rouge l’authentifiait!
        La caserne 26, comme tout bâtiment construit dans les années 1900, avait un lot de problèmes, dont un vieux système électrique qui était dangereux et rabouté entre ancien filage isolé en coton et les petites rénovations qui utilisaient des fils récents. La caserne 26 était une caserne avec du vécue, chaleureuse comme les équipes qui y travaillaient et des citoyen(ne)s fier(e)s qui arrêtaient chaque jour faire une petite visite, parler avec les pompiers, asseoir des enfants sur les camions ou juste saluer. J’ai eu le privilège d’y travailler comme Lieutenant avec une équipes des gars dévoués, extraordinaires, fiers de leur profession, de leur caserne, de leur quartier et de servir ses citoyen(ne)s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML tags allowed in your comment: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>